Lesbos_Main_sexe_Peinture_grecque1











( thème folklorique étrusque du 12ème siècle )

" Dans le sang et la ferraille, dans le vent et les blinis
Il marchait vaille que vaille, il mordait dans son penis
Les cultures et les moissons, les loutres et les arbrisseaux
Les églises et les poissons, les poutres et les seaux pleins d'eau

Il mordait telle la vie, telle la vie qui mordait
Dans un grand paradis gris, dans un grand nuage violet
Il allait plus loin, plus fort, que tous les chevaux du monde
Il voguait de port en port, tantôt cigale,  fourmi, ou crohonde

Jamais plus grand qu'un pastis, jamais plus bleu qu'un ami
Toujours souple et sac de riz, toujours mordant son penis
Parfois tranchant dans le vif, souvent mordant son penis
Oubliant même qu'abrasif, il mordait trop son penis

Un jour il parvint au bout, au bout de son grand voyage
Mais aussi au bout du bout, il n'avait plus de glandage
La morale de cette histoire, qui n'est pas un jeune adage
C'est que si tu manges une poire, n'oublie pas ton héritage "

( Traduit du Néruvien par un vieux fou sans chaussettes )