Il s'en est fallu de peu.

C'est ce que se disait Lionel, face à l'infinité de l'océan. Ses grands yeux prunes plongés dans l'immensité de la vie, telle une passoire géante. Divers étés sordides l'attendaient déjà, comme des promesses imberbes au firmament de son adolescence. Mais pourtant, très peu étaient ceux qui l'oubliaient encore.

8bb6643249dd6bc11c38d1c237cd7

Il lui fallait plus de sel, c'était indubitable.

Il s'en est fallu de peu.
 
C'est ce que lisait Lionel, fesse contre un thé sur son séant. Ses glands vieux, des burnes, rongés dans l'immense cité de son vit, pelle, un rasoir gérant. D'hivers étaient sorties des latences du jamais vu, pomme de crumble intègres à l'engouement de sa subconscience.
Mais pourtant, très peu étaient ceux qui l'oubliaient encore.

Assiette_Crudites

Il lui fallait plus de sucre, c'était indéfinissable.
 
Il s'en est fallu de peu.
 
C'est ce que pensait Lionel, fils du tilleul sur l'arbre à gaz. Ses grands parents bleus, des urnes plongées dans l'intense cité de l'avis d'untel, un chat noir pédant. Dix vers pleuraient, amis des grands jours, des hurluberlus, comme des abeilles nègres à l'enfouissement de toutes les sciences.
Mais pourtant, très peu étaient ceux qui l'oubliaient encore.

chien_de_garde

Il lui fallait plus de poivre, c'était un vrai scandale.
 

Un hibou sodomise maman
J'ai froid j'ai peur je ris je pète
Mamie tranche l'univers dans un phallus étrange
La clôture du jardin ne résistera pas cette année
Gencive de porc n'amasse pas rousse
Quel est tic qui croyait tac
La sépulture nazi est arrivée en retard
Mets-moi de l'huile, je risque d'aimer

faire_pipi_caca_partout_L_2
 
 
 

Oui, bien sûr, nous nous sommes caressés... Longuement d'ailleurs. Et je défis quiconque de trouver une excuse à cette jeune fille de 6 ans. C'est elle qui a commencé. Elle s'est habillé tellement frêle ce jour là. J'ai cru que je ne mettrais plus jamais de slip en paille. Et pourtant, j'avais lu le dernier numéro de Spirou magazine. Alors, comme par magie, Lionel se redressa de tout son être. Prêt à affronter l'univers, à leur dire ce qu'il pense de leur façon d'agir, à ces gens de la télévision.
   
JE TE RECOUD LE PANTALON EN PARLANT A TON CARTABLE, criait Patrice Evra, dans un silence de plomb.
   
Ne ne l'écoutions pas, trop craintifs de devoir passer une nouvelle nuit à lécher des bouts de laine. Et pourtant, si nous avions su que notre cage d'escalier serait envahie par des lucioles communistes, peut-être aurions nous reconsidérer la question. La question, la question, la question. Ce mot ne signifie plus rien pour moi. Plus rien depuis que Nabiavabrovski se nourrit d'endives en caressant un chien majeur chaque lundi d'Août.
   
ENFILE DONC CE JEAN QUE JE TE CARESSER LA BRAGUETTE EN CUIR, hurlait Patrice Evra, dans une écharpe de soie géante.
   
Ne ne l'écoutions pas, trop subversif qu'il était. J'avais pourtant tout donné à cet homme. Tout. Y compris l'incrédulité de ces jeunes temps qui ne poussent qu'à force de croître. Je pense bien que c'est fou de réaliser ceci maintenant, mais si c'est à refaire, je le referais. Je le referais, mais en faisant pas pareil. Une sorte de tentative nouvelle, mais pas exactement. C'est dur à expliquer tu sais. Essaie d'imaginer un arbre, tu vois ? Tu commences à comprendre ? Bien, parfait. A la semaine prochaine.

idiot
   
IL VA FALLOIR QUE TU REPARTISSES MIEUX LE GOUDRON SUR CE JEUNE ENFANT SINON NOUS EN AURONS JUSQU'A LUNDI, marmonnait Patrice Evra, dans une cagoule réversible en peau de léopard.
   
Personne n'osait le contredire maintenant. Peut-être était-ce du au fait que, même si nous étions 29, chacun de nous était seul. C'est tellement vrai ce que je dis. Je vais redire la même chose en posant une main sur mon sexe. Peut-être était-ce du au... aaaah.
   
TU N'AURAIS PAS DU CONSTRUIRE UN AVION DANS LE NEZ DE TON VOISIN, MAINTENANT IL ECOUTE AUX PORTES, ricanait Patrice Evra, dans un bus scolaire aux portes incertaines.
   
Cette fois, s'en fut trop pour Bilibili, notre t-shirt favori. Il s'envola dans le ciel et promit de ne revenir que lorsque Nicolas Sarkozy serait président de la France.
Aujourd'hui, il revient et il témoigne, à travers ce témoignage saisissant :
   
   

Bilibili bonjour, et tout d'abord merci d'être venu sur ce plateau nous parler. Aurevoir.
Ce fut un vrai pédigrée que de venir sur ce plateau. Bonjour
      
      
      location_guadeloupe_p
      
      
      
Le cheval de Janvier n'est pas venu aujourd'hui
Février m'a paru beaucoup plus court dans la cuisine
Mars attaque mais ne se rend pas
Avril a sucé mes testiboules, je diantreburne dans sa matrice avec force et véhémence
Mai m'a donné quelques indices, je les confonds dans de la semoule
C'est au mois de Juin que Denise espère plus d'argent
Qu'il est bon de tuer un enfant au mois de Juillet
Rafraîchis moi l'Août, il semblerait qu'on soit docile
Novembre n'était pas facile aujourd'hui
Où sont Septembre Octobre et Décembre ?
En partouze en Tchécoslovaquie.
      
Louise Bourguouin viole un enfant célèbre
J'excise une petite fille délicieuse
Mon voisin nazi se savonne le pubis devant son abat-jour
Timo