hcg_diet_constipation                                                 Cher Julien Doré.

 

Et là, j'ai tout dit.

En effet, que te permet-il de ne pas te questionner? Tu oublies probablement les années de goulag que nous endurâmes et pendant lesquelles je te soufflais l'une ou l'autre idée de chanson. Tu les recopiais alors avec ton petit stylo bille, sur un bout de tissu dont tu entourais ensuite le stylo bille pour te l'insérer dans le rectum.

Tout cela, bien entendu, afin que nos géoliers Cubains ne s'apperçoivent de rien. Enfin, de " nothing ", dirais-tu en cubain ( car tu es très con ).

Et des années plus tard, tu sortais de l'ombre médiatique pour te pâmer sous les flashes des reporters à scandales, couchant même avec certains d'entre eux pour obtenir plus de commentaires mielleux en sous-titrages de tes photos Facebook.

Oui, Jean-Marc, je te le dis, car ton vrai prénom est Jean-Marc-Amidon57, ne le nie donc plus point.

Et donc, disais-je, tu as beau sortir la plupart de ces chansons de ton cul, toutes ne sont pas de merde faites.

Toutes, non, mais il en est une, ma grande, UNE, que tu n'aurais jamais du. Jamais pu. Jamais plus.

Nous avions un accord. C'était un Sol Majeur, je crois, qui en cubain se dirait G, je pense  ( car moi aussi je suis très con ).

Et tu n'as pas respecté cet accord. Tu joues toutes tes peintures en H mineur, et ce, quelle que soit la sauce que tu mets sur tes costumes de play-back. Tu fais le malin? Tu cherches mon main dans ton gueule ou quoi?

Tu verras, Jean-Pierre, tu verras, un jour, oh oui, un jour, tu connaîtras l'usufruit. Et tu sais que je ne dis pas cela pour de rire. C'est pour de vrai.

Lorsque des schtroumpfs en plastique et en bonbon se seront associés pour venir te mordiller les paupières et uriner dessous dans ton sommeil, lorsque ton chien et ton chat fusionneront avec eux-mêmes, puis entre eux pour donner une sorte de popoll's vivant et plaintif, lorsque ta mamie ( toujours citer les mamies dans une correspondance et crème fouettée, sinon, on me brise les genous), lorsque ta mamie, donc, suera de la semoule par les sinus suintants de son si sage sacrum par secousses espacées.

Quoi qu'il en soit, tu vas pas aimer. Mais moi si, beaucoup.

Je traînerais ton cadavre exquis dans les ruelles de Nantes en expliquant aux gens combien tu étais fou et présomptueux. Tu as voulu voler ma vie. J'ai volé ton scooter.

 

Michel Drucker.