chienbonnetchienbonnetchienbonnetchienbonnetchienbonnet

 

Ne t'aventure pas là.

Ils sont méchants, vils et mesquins. Ils rebroussent chemin quand tu es dans la brousse. Ils cheminent dans la bouse en mettant du parfum.

Ne t'aventure pas là.

Les animaux là-bas sont étranges et saugrenus. Saut, grenade. Saute girouette. Girouette.

Ne t'aventure pas là.

L'herbe est tactile, les thermostat implosent, les sirènes n'ont pas de portefeuille. Je protège ton âme en t'interdisant l'accès aux latrines belges.

Ne t'aventure pas là.

Pas de police, pas de caractère, pas de justification. Chaque virgule est précédée d'un point, et chaque point surplombe l'océan. Tu prends un point à chaque rivage. Le rivage s'écoule sans lendemain. Tu pleures. Non, sérieux. Tu pleures.

Ne t'aventure pas là.

Là-bas, tout est neuf et tout est sauvage. Libres sont les incontinents, pas de grillage. On essuie rien, on est plus grand chose, on se tape dessus à coût de Ferrari et d'angles droits. C'est dangereux et il faut rarement en dessous de 12 C°

Ne t'aventure pas là.

L'aventure n'existe pas dans ces pays outranciers. Les femmes avancent munies de sac. Les sac à dos n'ont pas de bretelles. Mamie dévalise une buanderie et viole un animal mort dans un coin du salon. C'est poreux. Terriblement poreux

Ne t'aventure pas là.

L'alcool n'a pas de bulle. Fruit, fruit, fruit, fruit, écriture stérile, je me meurs, je renais, j'ai trop peur de René. Tractopelles et cigarettes utilisent les mêmes tourelles de défense. On gagne +5 en protection, mais on perd 10 nuggets de poulet dès qu'on prononce la lettre "F". La framboise a rendu ton père stéril depuis qu'il mange du yaourt.

Ne t'aventure pas là, je t'en prie.

Ecoute-moi, juste une fois. Ecoute juste ce mot. Mot. Maux. Momo. Motard. Motus. Morue. Chenapan. Marmitte.

 

ET SURTOUT DEPUCELLE BIEN DENISE.

 

Ne t'aventure plus jamais là.

Ne dis pas que je ne t'ai pas prévenu

 

Pas Prévenu Pas prévenu, pas Prévenu.

 

J'ai peur, Cristoballe. J'ai peur qu'une balle me sorte du cul et que tu chantes en rigolant pour te moquer de moi en m'envoyant des aliments légèrements machonnés par un chien errant. Tu utiliseras tout ton humour pour m'empêcher de croire en Dieu, et cela me fera mal. Mal, tu m'entends ? Comme cette fois où tu étais dans un parking et que je t'ai surpris en train de manger du papier froid. Froid comme la glace. La glace de ton coeur.

 

Pitié ne rentrez pas. PITIEZ. LES HOMMES LOUTRES, ILS SONT LA. LA ! LA ! Ils arrivent, ils veulent me prendre, j'ai peur. Je tête des virgule pour ne pas voir arriver le point final. Je n'ose m'arrêter d'écrire de peur de trépasser sur un arbitre de rugby. Plus rien ne m'empêchera de continuer. Chien, dentelle, fruit rouge. Vous voyez que j'ai encore de quoi écrire.

Non, je vous en prie ! Tout mais pas ça. Tout n'est pas cela. Je vous en prie

Je ne suis pas fou.

 

 

Je me cache sur les côtés, et alors ?

 

Laissez-moi tranquille ! S'il vous plaît !

 

Je n'arrêterai pas d'écrire pour si peu

 

Coucou je suis là !

 

Et là aussi, ahahah !

 

Jamais, vous ne m'aurez jamais !

 

JAMAIS !

 

 

 

C'est trop tard, ils arrivent. Je me suis aventuré là où il ne fallait pas. Je pleures. Je pleures ces mots que tu m'avais dit un jour, quand la pluie coulait sur mes fines épaules de satins et que tu m'avais dit, d'un geste ample : "on ne peut aimer qu'un être à la fois, et si cet être n'est pas doux, alors il se peut que je prenne un peu plus de nourriture demain au supermarché. S'il te plaît, n'oublie pas de prendre du beurre parce qu'on a plus de quoi faire des sandwichs le matin et tu sais à quel point j'ai besoin d'énergie depuis que mon super pouvoir autoguérissant a disparu."

 

Je me souviens de ces mots. Ils roulent dans ma tête comme cette tête d'enfant qui roulait au rythme du balottement de notre grand voilier, lorsque nous étions en mer. Toi et moi. Seuls, tous les deux, sur cet immense avion qu'on appelait alors train à vapeur.

 

Plus jamais je ne te reverrai. Ca y est, ils arrivent. Les points de suspensions toquent à la porte de ma chambre. J'ai vue sur la mer, ils ne m'auront pas ainsi. Même si je dois emporter avec moi le secret de la tarte au kiwi. Tu sais, le kiwi. Dieu ce qu'on a été méchant avec ce fruit. Peut-être n'était-il pas si vil que nous le pensions. Nous discutions avec les indiens et ...

Le voilà. J'écris ce mot, et il faut absolument que tu saches que...

 

 

 

 

PATRICK POIVRE D'ARVOR N'EST PAS UN...