argentine-patisserie-470

Chère Cher,

Pas plus tard qu'hier.

Une main au sol, une jambe en l'air.

Et pompe, pompe, pompe, nouvelle couleur, nouba dans ta soeur.

Correspondance?

Mais changements soudains.

Crème fouettée?

Je dis oui.

Si Dali immitait Picasso, ce n'était pas par sentimentalisme. Souvenez-vous du musée avec cette énorme statue dans une voiture. Or, Alberto Picasso EST une voiture.

Les limaces et les légumes. Hop, nouvelle couleur encore, polka dans ton corps, miettes de castor.

C'est une poupée, qui dit non, non, non non non, NON. Elle crie au viol toute la journée, et dis NON, NON, NON NON NON NOOOOOOOOON.

Bon, maintenant, ça suffit.

Ca va suffire, cette suffisance. Je souffre de souffler des saphirs sulfureux dans du cellophane de sémaphore, et sa feu tire qué jé fou enfoie mes plus zinzères gondoléanz. Si, si, da, SIDA.

Plus tu l'as pas, moins on t'enculera.

Et ce n'est pas Joséphine Baker Street l'ange Gardien qui me contredira. Gouda-ratatouille.

Je pense que la vie, c'est baiser des saces de pomme de terre aimer la nature, les femmes, le rire d'un enfant, et néanmoins ne pouvoir se retenir de lui déchirer la moëlle avec un couteau à bois de pleurer devant les tableaux qu'elle offre. ( Marc Balavoine de Cheval, 1774-1900 et des brouettes )

Tu connais ce style de poème qui consiste à ce qu'en fait le poème c'est les débuts de chaque phrase qui mis bout à bout en forment une autre qui est le véritable sens de tout le bordel d'avant?

Hé bien, je parie que je peux en faire un en vert. Et en vers aussi :

Chère Alphonse, mon amie

Amie douce de mes nuits

L'étreinte folle de vos ennuis

Ira droit dans mon zizi

Koala en Mandchourie

Et bol d'eau pour cuir ton riz

Ne t'en vas pas

 

Envolés, les firmaments

Soutirés de ma maman

Terrassés, les sentiments

 

Giratoire dans un nauffrage

Abîmés dans ton corsage

Y'a du monde à la plage

 

Votre dévoué,

Captain Victor Igloo.

black-gay-grandpa