2200998929_small_1

 

Cher Document1,

 

« Par plusieurs fois nous avons tenu des discours autarcique. Je pars, puisant ma foi dans des nouilles ténues, et dix courtes otaries. J’ai l’espoir et plusieurs voix m’ont élu, plus jamais plus jamais. »

 

Voilà à peu près ce que m’a dit Albin Michel lors de notre dernière entrevue en Ford Fiesta, dans la journée de Mardi à Avril. J’ai eu beau protester, son prolapsus génital était bien trop exergue et frudibou, et l’utilisation massive de ragondins n’a pu que soutenir le projet jusqu’à environ onze heures du lapin. Force est de constater cependant que nul n’est un pro de la fête dans son pays, et que le riz soufflé aborde plusieurs catégories de dégustations suivant le lieu dans lequel bonjour Madame. T’es pas d’accord ?

 

« Par plusieurs lois, nous avons obtenu des pourtours géographiques. Pars, plus qu’une fois, et obtiens un sticker géant de chaque famille royale d’Amérique du Sud. L’Amérique ? L’amère pique. Pique ton sel et poivre au drugstore du coin. Dans une ambiance opaline, tu pourras réduire le déficit budgétaire de nombreux oiseaux, dont la Laponie.

 

Lapons l’eau. Léchons l’huître. Par plusieurs fois et non des moindre, je rédigerai mille missives distribuées par des missiles autonomes en tout point, sauf le premier que j’ai déjà rencontré. Ces petites filles n’ont pas froid aux yeux. Elles passent devant l’aspirateur sans aucune crainte et je crains, moi, de mon côté, que si et seulement si ton DO se RE tracte, alors  tu pourrais MI trouver avec une FA cilité déconcertante. Sur le SOL, tu me trouveras LA, SI tu n’as pas peur, bien entendu.

 

Etanche ma soif, supprime le diabète, réjouies-toi des analphabètes heureux qui comme Ulysse ont fait voyage-voyage.

 

Peut-être pourrons nous invoquer des dieux anciens si nous nous mettons à glisser sur le menton. Mais je crains que le carrelage de Mamie Charlotte (qui a dit Salope ?) soit trop lisse pour laisser envisager de telles possibilités. Voyons. Nous ne sommes que dix.

 

Des gourdins et des pierres. De piètres possibilités mais tu N’ENTRES PAS CHEZ MOI ENCULAY. Pardon, je parle aux vieux chats qui s’ignorent sur le tapis de nos subtilités. Jamais plus jamais je ne ferai attention à toi. Tu défèques. Tu dis fuck. Tu dispenses des cours à la fac. Tu étudies les phoques. Tu focalises ton attention sur des périgourdines à bas étage. Tu établies une cartographie des nichons de ta mère avec la fugacité d’un train à l’arrêt. A l’affût. A l’affût de quoi ? D’UNE FLÛTE ?


Pédé.

 

Je préfère encore me marier avec ma chatte que d’entendre tes supplications en huile d’olive majeure encore une fois. Mieux vaut être sourd que poil aux pâtes.

 

Je te laisse, une mouche à miel arrive, elle va me donner des informations sur l’hémisphère Nord. Tu ne peux pas imaginer mon état laïque.

 

Ton ami de tous les jours,

 

Thierry Henry IV