Correspondance et crème fouettée

04 février 2021

Sésame, fermez-la

20172743-male-screaming-open-mouth-with-many-jaws

Le temps d'un conte.

Le compte est bon. 

Apostrophe, ajustement, deux points à la ligne et mon pied dans ta gueule.

Citation :

"ALORS COMME CA, LES ABRICOTS EN MARBRE ?"

Fermez les guillemets, et fermez la voie.

 

La voie est close.

Water Cloisets.

 

"Caca doux, caca doux, doubidouba.

Chaque jour que personne ne fait, 

Je me pense de plus en plus très laid

J'ai le rêve qui s'émousse

Et la barbe qui se trémousse

Maman m'a dit

C'est pas permis

Maman m'a dit

Maman m'a dit

Doudou caca doudoud caca DOUX"

 

Me disait encore Paul Verlaine Emile Victor, la semaine dernière. Il en avait fini, des routes du rhum. Il se sentait le besoin d'aimer. On sait tous combien ça a fini.

 

Du bout d'un rêve, dessiné par chacun comme un blanc paradis, paradigme de paris, trop tôt pour te dire "je te prie", partiellement répondu au besoin que l'Eden en forme d'oedème forme  en nem qui aime, peut-être, peut-être pas?

Je n'y tiens pas. Trois qui la tiennent, deux qui reculent?

Arbre/fleur/groupuscule/Samsung Galaxy Tabs

 

Pourtant, quand t'es là, j'suis bien. Bien là. Labien. La bite habitée. Fichu soldat, c'est ton manque de coeur qui me fait mal au foie.

Une chanson par pardon à demander. Je suis le Saint-Bernard, je te tiens au chaud, avec un petit tonneau de chouchen autour du cou.

Du coup? 

Des coudes.

 

Ah euh Hie? HOOOOOOOOO hue

Soupe de carrefours et de planètes plates et sans bords, très très lointaines et sans explications. 

Une espère de tolérance. Une sorte d'envie. Un singe sur un âne. Une banane en forme de signe de Dieu.

 

LIBERTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE murmura-t-il en dévoilant, sous un coin de masque d'infini, une petite moustache faite de crêpes double nutella, lors d'une ronde infernale avec tous ses amis animaux. Le pangolin. La chauve-souris. L'expert-comptable.

Je plonge mes dents dans cette terre fertile, chaque jour depuis. Comme dans une mère desséchée. Comme dans une corne d'abondance, mais à l'envers.

 

Ce besoin de hurler ces farandoles de vide, je ne me les explique plus. 

Alors qu'une bonne lecture du code du travail en jambon de paris, adossé à tes envies et des certitudes plein les poches, ça, oui.

 

4 oeufs, un peu de pommade pour personne atteinte de nanisme et une terrasse ensoleillée seront les meilleurs ingrédients pour entreprendre ce si désirable voyage.

 

Alors, je te dis bye bye, même si tu es la seule qui m'aille, et que je te le dis sans faille.

Boubouboubou.

 

Téléport.

 

Signé : 

L'hirondelle du 3ème

 

 

 

 

 

Posté par NiWard à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 juillet 2020

Adorable violation des droits de l'eau

Les-poussins-caniches

 

Cher 3615 Mistral, 

 

Nous y voilà.

Nous y voilà !

Tu as osé répandre un peu de bonne humeur sous le jupon des petites filles, et nous y voilà.

Nous y voilà !

Tu as osé rétablir une certaine vérité quand à la théorie quantique de quelques kilos de kérosène qui se calibre clairement sous les quilles du CAC-40. Et nous y voilà.

Nous y voilà !

Tu as osé inciter de jeunes écureuils en pixel à attaquer sauvagement toutes les personnes dont le prénom finissait par la lettre "A" et autorisé le rapatriement en urgence de mille ragondins ravis de ravir les ragoûts de quelques rats d'égouts dégoûtés de goûter des grillons grillés au goût d'été. Et

Oui.

Et nous y voilà.

Nous

Y

Voilà.

Tu es à mes côtés, main dans la main, chemise contre chemise, torse contre métatarse, tresse contre trousse, frousse contre frimousse. Face à l'océan de l'incertain.

J'ai peur, sers-moi. Sers-moi comme ces actrices d'hier, que tu peignais avec une ferveur friable, une hérésie des temps anciens qui savait se faire molle quand la patte d'amande n'avait plus de limite. Cette immense pédoncule à frein souple qui n'était pas de biais, mais enregistrait tout de même 146 bpm au bas mots, attirée par des trésors de grivoiserie qu'on n'avait pas revu depuis 14-58. C'est dans ces moments là que je te désire. Que je te veux. Que je me dis que mon psy devrait lire ces écrits et que ta mère devrait danser nue en haillons sur du Michel Sardou pendant que je siroterais un whisky légèrement fumé. Et toi, de rire. De rire de ce rire tendre, généreux. Ce rire généreux qui fit de nos années à Madagascar, ces années inoubliables que tout visiteur de Rome se doit de connaître.

Avec une véritable nouvelle finition et un moteur diesel résolument moins gourmand, on peut donc dire que tu avais réussi le paris de ne pas rentrer à pied.

Si je puis dire.

Et puis, cette énorme verge. Droite, fière, rigide comme une tour de béton et d'acier. Tu bandais comme un bouc alpha face à un jeune enfant derrière le grillage d'une ferme pédagogique. Tu rêvais de nous enfourner toutes, comme ces rondelles de carotte que tu faisais rissoler dans une poëlle un peu sale. Les pauvres. Elles ne savaient pas que tu étais d'extrême gauche à l'époque. Elles avaient bien vu ces écussons de Basile Boli en entrant dans ton living room. Mais qui aurait pu prédir une telle remontada ? Une accélération dans les 1500 derniers mètres, un dernier mouvement du flibustier, et hop, nous voici en l'an 2.000. 

Et nous y voilà.

"Je t'ai pris dans un genjutsu, un terrible genjutsu"

"Cela m'étonnerait, ta puissance n'est que de 10.000 bricoli"

"Et quand bien même", répéta Maurice, "si tu réussissais à nous immortaliser, alors peut-être que ton toi véritable ressurgirait dans un tourbillon de pénis en feu".

Il était trop tard. Sa voix s'était fait mouette.

Elle s'envolait au loin, en criant "Ginette, ginette, ginette". C'était net et sans bavure. Naître sans bravoure n'était pas son épitaphe "Ci Git Net", "Ci Git, l'internet", l'interweb 5.0 qui nous avait fait tant évoluer.

Je me revois visionner des vidéos de porcs en feu dans l'amalgame de mes souvenirs éparses.

Tu riais.

Je bandais.

Et puis soudain, une violence. Une réelle violence.

 

TABOURET ROUGE

RIRE GENITAL

IMPRESSION DE JARJARBINKS SUR DU MOBILIER CORSE

PASTILLE SUBTROPICAL EN CALIBRI 18

IMMORTALISATION D'UN SOURIRE NIAIS DANS UN APPARTEMENT SANS VIS A VIS.

MARS 

Et puis bonjour.

Un simple bonjour.

Une petite tête plate.

Une petite platitude.

Et l'envie d'aller de l'avant.

L'envie d'avoir des envies.

L'envie de réunir deux pays par la volonté d'un seul.

Le besoin de retenir ses besoins pour éclater au grand jour.

La force de ne pas voir les personnes dotés de pouvoir épidermiques.

Le recul nécessaire pour juger d'une blague raciste en temps de paix.

L'abolition des privilèges d'une classe dirigeante dirigée par des chiots en furie.

Réduire la consommation de beaucoup d'animaux transformés en fruits.

Et puis

et puis

Cette douce impression de se dire que cet album réveille en nous les meilleures heures du christianisme. On lui mettra donc un 8,8 avec une mention passable, en espérant avoir mieux sur la prochaine galette. Mais en attendant, le meilleur du folk-rock des 58 dernières années.

A égalité avec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ta mère

 

 

 

 

Cordialement, 

Tite-Live en live

Posté par CaliKen à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2020

Créer une nouvelle jeune tromboniste

Insouciance

Chère Jean Yéyé, 

Tout a commencé par la publication démentielle d'un torrent de boue. A sa lecture, je n'ai pu qu'approuver les différentes propositions écrites dans le journal. Certes, nous étions en Janvier et, déjà, fleurissaient de nouveaux monstroplantes sous la plante de mes plates plissures pliantes, mais pour autant, je n'étions pas imberbe.

A ces mots, le Corbeau ne se sent plus de jouir.

C'est pour ça que j'ai tenté un Legato, sans articulations, sans changement de positions. Pour te faire plaisir. Mais la justesse des quatre premières images ne t'a pas plus, et tu m'as pris en Fa Majeur comme une immonde petite pucelle de panurge. A croire que la liaison ascendante n'a pas permi à ce doigt de venir alors rouler sur la corde en te procurant un plaisir inédit. Tu ne voulais pas être au point avec les glissés, alors il était temps maintenant de t'intéresser à la décapitation de bétail imaginaire. Tu tappais sur ton auréole comme une pute à l'église, et je peux te dire que j'en ai mangé des dinosaurus. Et pas que des tricératops, oh non. Je me souviens encore, non sans émotion, de ta maman en serviette grise, priant pour que je l'essuie avec un immense coton tige.

Tu m'entends Joséphin ?

UN IMMENSE COTON-TIGE. J'espérais secrètement la voir avaler des liqueurs liées à la lune. Mais nul besoin d'être dans le besoin.  Je voulais juste apprendre en m'amusant. Apprendre en donnant la main à des enfants aléatoires à la sortie d'une crèche en leur proposant un gâteau sec ou quelques followers en plus sur Instagrave. Mais toi, mais toi, mais toi... Tu as toujours eu le beau rôle. Celui de ne pas voir la vérité en face. Une vérité fugace, intemporelle. Comme Christophe Willem. Putain, comme j'ai pu me toucher le zgueg en l'imaginant danser nu devant moi. Petite Tortue à la carapace fragile. Je t'immolerai par le nougat et je te ferai dévorer par des limaces chauves.

Vous dansiez ? Et bien maintenant, arborez un sourire juif.

Le gameplay est peut-être LE point noir du dernier né de chez Namco. Si le jeu répond au doigt et à l'oeil, la disposition des touches est, quant à elle, loin de faire l'unaniminité. Et ce 49.3 sorti du fond de mon slip n'empêche pas de violentes chutes de framerates responsables d'un grand nombre de morts et de tristes fêtes mononucléosiques. N'oublions pas non plus de tourner à droite. Vous êtes bien arrivés, et ça, c'est grâce à Petit Monsieur !

Voilà à peur près ce que je voulais te dire, jeune joueur de trombinoscope moldave. Ta peau est tel le sucre : elle ne s'éponge pas. Tes cheveux sont tels la politique, ils sont ambidextre.

Enfin, tes narines sont telles d'immenses vulves pointées vers le ciel. Des vulves arrogantes et fières qui déchirent le ciel, transpercent les nuages comme des rayons ardents, et éclatent les obstacles en des tourbillons d'insouciance. Le soleil nous réchauffera et nous fera pousser le longs de grands immeubles en construction. Et là

 

ET LA ON VERRA BIEN QUI C'EST LE PLUS FORT.

Posté par CaliKen à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2019

Here comes a new challenger

Cher Patrick-José, 

j’ai bien reçu ton manuscrit de 1275 pages.

Il a été difficile à déchiffrer, car l’enfant sur le dos duquel tu l’as fait graver remuait beaucoup.

 

J’ai tant de fromages à te dire.

 

Par exemple : par exemple.

 

Deux pédoncules plus tard, j’invitais ton caillou préféré à une petit bain dansant. Il n’y eut pas de deuxième rendez-vous.

 

A la place naquit une bulle, qui grandit pour devenir un nuage, et bientôt un cosmos tout entier.

 

J’ai tenté de mettre cette bulle dans internet. La voici :

 

https://frama.link/CCworld

 

Badigeonne-toi.

 

 

Posté par NiWard à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2019

Herbier magique et matinal

Basile-Boli-On-sera-a-jamais-les-premiers

5 heures du matin,

J'observe, panude, les doritos du bosphore comme un dernier poème. Un air de piano mouillant le sol de son épanchement mélodique n'en finit plus de tourneboyer dans la tête du petit Jean-Lude. Je le vois osciller tel un éphémère face à l'effet mer de cet océan face à nous. Les fées mères ne viendront plus, souillant les tâches nacrées de l'écume comme de petites bougies de bois. Bois mon nénuphar comme si c'était le dernier jour.

Le

Dernier

Jour.

Bref, tout ça pour te dire, que tu prends, tu ramasses, tu sacrifies au hasard une race d'animal moche et tu la remplaces par une armée de violoncelle. Tu décides d'un coup de supprimer les personnes dont le prénom comme par "Nicolas Sarkozy" ou tu développes un jeu vidéo basé sur l'apparition de vergetures soudaines et douloureuses sur le corps d'un nourrissons doué de parole et d'un calibre 35.

 

Tu sais, des idées, Micheline, on en a. On en a des idées Micheline. Et Dieu sait que je me garde de ne pas faire de métaphore sexuelle. Parce que comme les grains de riz quand tu vomis du riz au lait par les narines, c'est bien les métaphores sexuelles qui viennent en premier quand je prends la plume. Là, par exemple, je pourrais rajouter "ET QUAND JE PRENDS TA MERE Y A QUOI QUI VIENT ?" Mais je décide de t'épargner, Micheline. Je t'épargne par amour, par respect pour ta personne, et aussi parce que

mon énorme gland suintant désire ardemment parcourir chaque centimètre de ta peau halée et suante pendant que tu réciterais un poème de Jacques-Yves Cousteau.

Et c'est pas Glen Gloud et son piano de pédale gauche qui va me faire dire le contraire. Contrôle ta colère putain contrôle ta colère putain.

parce que je t'aime follement, d'un amour tendre, épuré, sans purée, sans ingrédient néfaste comme le plastic serbe ou l'anaïs Morissette. Je tapote ce jeune chien en espérant qu'il produise une mélodie, mais rien ne va.

Non.

Rien ne va.

Je regarde, du bord de ma fenêtre, le paysage maritime qui danse devant mes yeux fatigués. Combien de fois ai-je fais rouler cet oeil dans ma bouche en le machant à ma façon. Je mache de la mâche sur une marche Polonaise. Cette année, les insulaires viendront plus tôt que prévu. Pas une demi seconde sans penser à leur faciès de porc pané.

J'ai envie d'un bulgogi coréen frémissant et le manger face à toi. Face à ta fesse. Fesse contre face. Face contre frimousse. Frimousse pleine de mousse. Mousse de canard.

Julio aime beaucoup le soleil. Pointe avec moi dix objets ronds et en feu. Le ballon. Oui. La boule de feu. Oui. Mamie Gilberte. Oui. Une pensée pétrifiante. Oui.

Maintenant, désigne une couleur sans la montrer.

Montre-la.

Déshabille-toi.

Souffle sur un cierge.

Siffle une vierge.

Siège à l'Elysée.

Gagne la Coupe du Monde de mangeur de nougats.

Mange la coupe du monde de noueur de pétales.

Et surtout, toujours, attrape les anicroches de la vie avec une facétie sans cesse renouvelée.

Je t'aime.

 

Tendrement, 

Basile Poli

Posté par CaliKen à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 juillet 2019

Surimpression de déjà vu de déjà (vu)

 

 

Cher Martin Fourcade, 

J'aimerais me souvenir des temps jadis, des temps jamais, des parfois si peu rares et des souvent si franchement uniques.

Il n'a jamais été possible d'imaginer un coffre 21.10.30.12 sans homologation préalable, et nous nous sommes toujours tenus par la main dans cette exploration des ténèbres humides et insouciantes de cette fin d'après-midi d'automne.

S'il n'est pas vraiment certain que c'est toi qui a commencé par courrir, je me souviens très bien des dents des araignées volatiles, qui, toutes de marbres vétues et aussi aimables fussent-elles, composaient un bien triste apperçu de tout ce qui se fourvoie en ce miroir menteur, cet affabulation chronique, ce journal du dimanche que l'on nomme "Accapulco".

Alors, oui, j'aimerais te pardonner et, oui, j'aimerais que tu m'embrasses le plastron par douze cycles cardinaux, mais s'il-te-plait, comprends mon petit boubinours : lui aussi a droit au bonheur, lui aussi a droit aux desserts lactés, lui aussi le periscope enduit d'échalottes sautaillantes et glacées.

Il n'est plus concevlab convleba conceleba possible de tourner à gauche. Tu sais que j'aime faire l'aumône aux quatres coins du Soleil en inventant des catcheurs fous et funestes qui jetteraient leurs moustaches sur des tortues d'eau drues, dodues et dandies (c'est le pluriel de Dandy, enculé).

Je te traite d'enculé, mais tu sais que c'est dans l'amour et le respect mutuel : je n'ai aucune sympathie pour les oiseaux pas sages, qui enflent tant et tant qu'à la fin ils partent en roulade arrière en criant "huuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu".

A propos de huer, j'étais justement dans les bois par derrière la grande Ville Secrète de MemphisDoubleDeux, quand j'ai compris qu'il n'était pas 14heurestrentedeux.

Alors j'ai imaginé ce jeu.

Imagine toi aussi ce "je".

Imagine qu'il n'y ait plus de Kinder Country, 

Imagine si tous les Village People vivaient leurs vies et la paix, 

Imagine qu'il n'y ait plus de religion judaïque,

 

 

Ce serait vraiment très rigolerie. Tu aimes la rigolerie? J'aime bien la rigolerie. Rigorigorigorigolerie.

SUCE-MOI MARTIN FOURCADE

Où sont les clés de la Batmobile?

 

Et ceux de San Francisco, qui venaient simplement acheter du poisson, levèrent les yeux et disèrent :

" Gencive de porc."

Et tu sais mieux que quiconque ce que cela signifie.

Je n'ai pas besoin de te parler en Grec (et contre tous).

Vois ces fruits, vois ces légumes, vois comme ils sont bien juteux, comme la toile de jute du père Blé Noir. Le Père Blé noir, qui aime bien juter et qui est donc un Green Papa (un Père Vert).

 Bien, il est à présent l'heure de se secouer les jantes et de vérifier l'huile de vidange.

L'ambition des plus belles lentilles du Périgord (celles qui font péter très fort ) n'a alors d'égale que la croute du pain de mie bio que je confectionnais autrefois : 

 

 

L'amère tume et factions des chemises brunes des ennemis de la France Belge et Provence (FBP en force).

Dans le temps, on appelait pas ça la Guerre D'Algérie, Ouais OUAIS. On appellait ça un arc-en-ciel.

Les voitures, les avions et les cheveaux s'en souviennent, tellement je les ai aimés si fort (mais pas les hélicoptères, j'aime pas le mot "hélicoptères", je préfère "Vase communiquant").

Les voitures avaient les naseaux fumant, et les chevaux s'envolaient tour à tour vers des horizons d'un bleu incertain.

Et durant tout ce temps, assis sur une branche, tu me donnais la main, toi seul et pour toujours, et les arc-en ciel. Arcenciels? Arcencieux? Contentieux?

Compte en Suisse?

 

Alors, je t'en prie, Martin Fourcade.

Je t'en supplie à genoux.

Suce.

Moi.

 

Posté par NiWard à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2019

Programme télévisuel

netflix old

 

Ce soir

 

Télévision One Cool

21:00 [Série] Police Division de l'alcool

Un nouveau cas de piment espelette pour l'équipe de Charlus Mingson. Cette fois, le barman n'a pas laissé de trace, et de nombreux convives sont au rendez-vous. En plein coeur du ghetto de Choisy-Le-King, il va falloir oeuvrer ferme pour tenter de considérer le crime sexuel comme particulièrement odieux dans notre district

Hexagone 2

21:00 [Documentaire] Secret de ta mère

Reportage poignant s'il en est, de notre envoyé spécial Stéphen Spizza. Au coeur de l'utérus, il va déjouer les plans diaboliques des néonazis portejartelles en milieu fongique. Une attente à toute épreuve, une photographie plasmatique dans une ambiance 3 pièces logia et charges annuelles tout à fait convenables. Avec sauce barbecue.

Hexagone 3

21:15 [Série] Papille de la nation

Difficile pour Hervé, jeune châtelain en devenir, de parcourir le monde sans les yeux de Lucia, sa petite fille venue du futur dans une brocante neuve. Dans cet épisode en 46 couleurs, armé de son bérêt et de 18 intentions volubiles, Hervé va voler vingt vulves sans divulguer de vérité vraie. La meilleure fin de saison possible, surtout qu'il meurt à la fin

Vaginal Moindre

20:45 [Sport] Demi-finale aller-retour sur plaque chauffante

Les rouges et pourpres de Narbonne retrouvent pour la 18ème fois en deux jours l'équipe volubile des grillons de Tourgeoin. Dans un match implacable aux quatre fins (une spéciale à débloquer) ils vont devoir ramener les trois pains de la victoire en n'oubliant pas celui aux graines de peugeot 408, citadine et racisée, car noire, donc de couleur.
Une pizza 4 jambons sera offerte au meilleur supporter. Envoyez dès maintenant du bleu dans vos yeux de biche

Hexagone 5

 

20:48 [Tabernacle pointure Joseph] : La Maison Hexagone 5

Didier (retrouvez le en direct dans votre cuisine) va parcourir la région du [Insérer ici un département fictif, drôle à prononcer, ou le prénom caché de votre belle-mère] pour dégoter la plus belle maison. A la rencontre de Nathalie, architecte en milieu aquatique, et sa superbe demeure entièrement en vomi de sègle, qui nous présentera un ami, artisan du méthane, qui fabrique des statues de DSK avec ses pets.

4 enfants seront immolés durant l'émission.

 

Haine 6

ET POURQUOI MOI JE SUIS AUSSI PETIT POUR ANNONCER L'HEURE ? HEIN ? C'EST PARCE QUE JE SUIS JUIF ? MALGACHE ? VINGT-HEURE TRENTE ! PUTAIN, J'AI MÊME PAS LE DROIT AUX CHIFFRES !!!

Top Sexe

Un nouvel épisode drû et fluctuant. Autour de nos candidats : d'immenses végétaux armés de gourdins en or qui taperont les plus volubiles mais aussi les personnes dont le prénom commence par "Michel". Autant vous dire que Jean-Pierre Gnufi a de quoi se serrer les miches. Pâtes d'amande, profiteroles, mais aussi levier de vitesse et pommades aux fraises seront de la partouze. De quoi passer une soirée riche en annonces tonitruantes.

En seconde partie de soirée, n'oubliez pas les meilleurs numéros de "Recherche apparemment une maison", l'émission où l'on rencontre des gens qui cherchent un bien, mais en sont pas vraiment sûr. Extrait

"De retour à Nancy, où nous retrouvons Loïc et Nathalie, toujours à la recherche d'un petit F2 pour loger le corps de Justinienne, leur fille de 58 ans"
"Alors Loïc et Nathalie, toujours à la recherche de ce petit F2 ?"
"On est pas sûr, peut-être qu'on va juste rester là, à manger des gauffres"
"Ahahah, que d'émotions"
"Embrasse-moi"
"Oui"
"Peut-être"
"Ok, mais seulement Samedi"

 

Voici, c'était votre programme !

Samuel ferma la porte du journal et parti dans un rire sardonique digne de Michel Sardou. Sardou, nique. Sardou nique dans du salidou. Le sel est doux. Plus doux que le salidou ? Sordide, d'où ? Douceur. Douces heures à écouter Michel Sardou mangeant du salidou sur de son coup.

Samuel ferma la porte du journal et parti dans un éclat de rire (plus simple).

Depuis combien de temps ne s'était-il pas secoué le jonc en buvant du whisky face à la cheminée.

Il était hors de question de regarder la télé. Il n'en avait pas. Il préférait lancer de petits animaux dans le feu et les regarder jouer au bridge en riant férocement.

Férocement.

Fée.

Je te baise une gerboise sans crier gare.

Gare de Lyon.

Posté par CaliKen à 19:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 novembre 2018

Esturgeon en milieu sensible

vintage-ancien-wtf-34

Danacole, 

Tu as résolu tous mes soucis de jeune lithurge, comme un phasme magmatique aux couleurs graduelles. Jadis, nous étions jeunes, et nous voguions sur notre belle Cadillac bleu-future, vers l'Ouest, toujours plus loin. Vers l'Ouest.

 

Et puis il y a eu Omar et Fred.

Je me souviens de ces premiers moments. Ces instants fugaces où tu ne comprenais pas trop ce qu'il t'arrivait. Quand soudain, ta main de mirmillon soufflait un vent nouveau dans le Paradis du Fruit, délicieux restaurant aux délicieux plats, partenaire de notre blog Correspondance et Crème Fouettée. N'hésitez pas à parcourir le site et à y manger ce soir. Tous les clics iront directement dans des armes que nous revendrons à des enfants soldats.

Pendant ce temps, un Ours immense, mais alors, vraiment turbo immense, parcourait le monde à la recherche d'une petite fille. Dans quel but ? Dans quel But ? Dans quel Boulanger ? Dans quel boulangerie ? Dans quel boulot, je rie ? Dans quel bouleau , du riz ? Dans quelle boule-eau, tu vis ? Tant de questions qui demeurent sans excuses. Tant d'excuses qui sortent des flots à la vitesse d'un cheval au poker. Et moi. Et moi de te murmurer des mots d'amour, comme "Loutre" "Viande" ou encore "Super Fromage".

J'ai envie de liesse. J'ai envie de folie. J'ai envie de retourner le monde comme un immense Flanby. Mais tu n'e... OH PUNAISE QUELLE EST MIGNONNE LA ! BONJOUR BONJOUR ?

 

Allez, je te laisse, je vais faire un brushing à un cavalier King Charles Noir et Feu mort.

 

Ton tendrement suave, 

Marius Trésorier

Posté par CaliKen à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2017

Unisexe

Chère Cher à la chair chère,
Je vais me préparer la même source de fusion entre zone de côté et pointe suédoise, le président m'en a délaissé l'ornithorynque en question.
Juste pour qu'on aguiche bien nos crayons d'âne de la musique de ma prairie : berges du sirop d'érable et quinze ans de prison ne facilitent pas la farine de bois.
Jubilé premier m'a peint comme les blés du futur : algorithmes et fraise des sables.
Alors, qui est en train de se rendre à l'évidence de ma classe dans la rue vers la page d'accueil du jeune homme de la vie est un des meilleurs joueurs du championnat du monde de la police à viande.
De plus, c'est le plus important quoi que beaucoup de gens qui ont fait un peu plus de batterie sur mon chat de combat pour de l'argent sans pression et de ses lecteurs à un moment où il y avait encore des pâtes.
Aujourd'hui j'ai vu le nombre de musiques clermontoises faites de beaux canapés et de ses seins nus en dents de scie allergiques à une playlist pour le prix du pétrole et du parti qui flotte en bas.
Je n'ai jamais vu ça dans la savane.
Outre l'histoire du cinéma français à travers les fesses dans l'absolu secret d'un koala fantasque et rival de toujours d'un commun accord, je réponds à ceux qui ouvrent l'extérieur de leur peau à toutes les facéties.
Ils savent plus quoi faire pour permuter les enjoliveurs d'arbres arbitrés par habitude.
Je les regarde en rêve.
Je les rêve dans mes yeux.
Je renifle les deux parties equivoques d'un jour puissant et variable.
Je presse l'un envers l'autre mes habibis flamands et j'obtiens une gerboise.
Son pavé tactile arrière m'emporte dans des fous rires aux couleurs d'autrefois, et j'entre en gare de Juin 1968. Article deux, pierre de marbre, cambriolage à Miami.
Tout le monde s'éprend.
Judas.
Jus d'Ah.
Jedi?
Jeudi.
Jardiniers !


Posté par NiWard à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2015

Éclabousser la vie comme autant de vergétures

shiva_bleu

Cher Huissier de Justesse,

 

Il fut un temps pour devenir ce qu'on avait été, une fois, sur une coline un peu plus haute que les autres.

Il fut un temps pour devenir ce qu'on avait été.
Il fut.

Fut.

Flûte de pan.

Répartir par trois fois les valeurs abscontes d'un lendemain idéalisé. Je suis le souffle d'une vie qui n'a cessé de souffler sans souffrir dans les pages d'un anabolisant nommé Pierre Tchernia. Qui es-tu ? Maudit Tchétchène. Tu rigoles en pantoufles comme un veau insoumis. Tu t'esclaffes dans un scaphandre sans jamais croire que tes paroles puissent un jour être reportés dans un dictionnaire Français/Lapin aux allures d'herbe folle. Tu n'es pas celui que tu crois être. Tandis que demain est un yaourt qui s'ignore.

Un

Yaourt

Qui

S'ignore.

Traite-moi de jeu vidéo pendant que tu y es ! Ici, les cartons sont interdits. Je ne me moque pas, je constate. Je constate que la prostate de Denis Denou a explosé bien trop tôt cet hiver. Je crois que les glaces aux amandes arriveront tard. Peut-être pourrais-tu te blottir contre moi et me séçu comme tu ne l'as pas fait depuis douze heures. Ce doux parfum de miel que tu vas chercher si loin. Si loin au fond de ce matin bouyave. J'aimerais que tu n'oublies pas ces promenades. Avant que je disparaisse dans le tréfond de ta maman. Promets-moi de ne pas oublier nos promenades. Nos rires et nos fleurs. Nos flux et nos flics. Quand je tapotais tendrement l'oeil de ce chiot brisé par le stress. Quand je tapotais tactilement les tendons tendus de tant de tantes tétanisés par le tentation de tyrannie qui tantôt t'avais fait tergiverser sur de tendre verges indigestes.

Recule, monstre plante. Rigole, monticule de viande cherchant l'amicalité en terrain blond. Ne t'assoie pas là putain, tu vois bien que c'est propre.

Que.

C'est

Propre

Queue

Seins

Pénis

Quille

Salamèche

Poutine

Allez, on rigole bien, on prend son petit-déjeuner, et on note la date de la prochaine analyse d'urine. J'espère que vous avez révisé.

 

Parce que Dieu, lui. Ne révise pas.

Oh non.

Il digère.

 


Bien affectueusement,

 

Michel Pfifour

Posté par CaliKen à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]