16 septembre 2011

Permettre et redonner du doux.

  Chère Coriandre, Il était une fois toi et moi. Des toits et moi. D'étroits émois. Detroit et toi. Deux, et trois, et moi. Des fois, toi et moi, ça n'allait pas. Parfois, lui et moi, on n'arrêtait pas. Tu étais là, toi, lui, moi. Nous étions nous. Où étions-nous. Parmis nous, des milliers de minous. Moitié toi, moitié moi, moitié nous. Mi-nous. C'était fou. Tu aimais. Tu aimais Aimé. Aimé t'aimais et nous aimions nous aimanter à cette vie bien disparate. Toi, moi, Aimé. Nous tous, aimés. Vraiment aimés. Hé mais... es-tu sûr... [Lire la suite]
Posté par CaliKen à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2011

L'immersion par l'agrégat

Mon cher Papier Journal,                   Aujourd'hui, je suis venu te parler de l'alcôve. Hier, c'était demain, et déjà, déjà. Peux-tu me regarder dans les fesses quand je te parle? Et cesser de reluquer cette jeune garagiste hongroise? Tu me dégoûtes. Tu me donnes envie de brosse à poulet avec deux outres détruites. A jamais. Pour toujours. Suce mon plâtre, baybé.     ... [Lire la suite]
Posté par NiWard à 01:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 septembre 2011

Parpin, poudre et placenta

  Quatre. Quatre sur le dénivelé huit. Huit et 5 qui nous font bleu. Bleu de toi, bleu de moi, Am Stram Gram, bourre et bourre et bourre ta mère. OH ! Chère gencive, Cela fait maintenant douzes lunes que je remets mes lunettes de façon stylée en espérant que le soleil fasse un reflet dedans et que je dise une phrase pleine de sens pour que les gens ne voient plus mes yeux et se disent que "ouais, il a du style avec ses lunettes". Malheureusement, de mystérieuses créatures font en sorte de masquer le soleil et je me déposer... [Lire la suite]
Posté par CaliKen à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2011

Synthèse arboricole & filature Grecque

  EXTRAIT DE LA CYCLOPEENNE DE PARMESAN ( 1842-1675 ) " Je ne le supporte plus, Gérard. Chaque jour, il grandit, chaque nuit, il se tord et geint, geint, geint, il ne sait que cela, GEINDRE. Il a pourtant entièrement été repeint, verni, sculpté, mamouré, manucuré, poli, dépoli, repoli, poêlé, épilé, dépeint, pinté, pété, @pété, plâtré, pâtissé, palissandré, repu, taillé, coupé, rasé, embaumé-parfumé-chouchouté-empapaouté-sodomisé-fleuri-beurré-fariné-moulé-démoulé-farci, et même, une fois, nous l'avons embrassé. Mais rien n'y... [Lire la suite]
Posté par NiWard à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 août 2011

Ne rentrez pas dans mon jardin

Jardin, jardin, jardin. Ne rentrez pas dans mon jardin, jardin, jardin. Il y a des loups et des hauts-bois, des gens qui jouent sur des accords majeurs et des mineurs chiliens. Jardin, jardin, jardin. Ne rentrez pas dans mon jardin, jardin, jardin. Il y a des loulous et Jean Dujardin boit l'eau sur le corps d'une mineur. -Je suis majeur, dit la mineur -C'est faux, répond un mineur. -Si c'est faux, ce n'est ni mineur ni majeur, rajoute Jean. -Oui.   Ainsi va la vie, et ainsi vont les gens. Ceux qui scrutent les alentours... [Lire la suite]
Posté par CaliKen à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2011

Un mois de vacances

J'ai ce goût de rouille et de fumée dans la bouche. Depuis bientôt 5 secteurs temporels, je n'ai pas plus mangé mes funestes rêves que dormi mes maigres repas. La sieste n'existe pas. Je joue, je joue, je joue, je jouis. Sur ta joue, chaque jour, chaque nuit. Dans quelques siècles, un transsexuel gagnera un reality show avec cette phrase comme chanson. Puis des pandas boiront son sang, sa rouille, et les gens riront. Je suis là, je suis las, j'essuie la suie, je jouis, là. Toujours sur ta joue. Tu pourrais... Non?   ... [Lire la suite]
Posté par NiWard à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2011

Liste électorale

- Un coton tige bleu-blanc-belge - Une manucure de colombe - Deux poireaux - Un sceau - Quatre voitures circonflexes - L'indépendance du Brésil - Des chips, des chippos, des hippos, des hippies, de la charpie - S'il y en a, n'oublies pas de prendre 350L d'huile de noix. - Une pute volubile mais sourde - 5 à 6 kilos de billes de jambon périmé - Un chien doux mais abrasif ( type pedrito ) - L'une ou l'autre conviction religieuse sauf le gouda - 25 litres de beurre de cacao - Touiller fortement, verser dans un verre à... [Lire la suite]
Posté par NiWard à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2011

Noix

  Noix. Noix. Noix. Noix noix noix. Noie-toi dans ton corsage bébé, à chaque mouvement que tu fais bébé, écoute le rythme lourd à base de sample de Muriel Robin bébé, vas-y bébé, sois souple bébé, recule pas bébé, hun hun hun. J'te fais la bouche aux fines herbes bébé, le trou à beurre façon marmite finlandaise bébé, le quart d'heure bulgare sur la piste de danse bébé, j'te frole les aducteurs et tu repenses au facteur, hun hun hun Tu lapines comme une pute aux Séchelles bébé, t'as peur de manquer de sucre et de miel bébé,... [Lire la suite]
Posté par CaliKen à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2011

Huile d'amande douce

Chère Cher, Pas plus tard qu'hier. Une main au sol, une jambe en l'air. Et pompe, pompe, pompe, nouvelle couleur, nouba dans ta soeur. Correspondance? Mais changements soudains. Crème fouettée? Je dis oui. Si Dali immitait Picasso, ce n'était pas par sentimentalisme. Souvenez-vous du musée avec cette énorme statue dans une voiture. Or, Alberto Picasso EST une voiture. Les limaces et les légumes. Hop, nouvelle couleur encore, polka dans ton corps, miettes de castor. C'est une poupée, qui dit non, non, non non non, NON.... [Lire la suite]
Posté par NiWard à 01:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juillet 2011

Patatrac en Laponie

Nous étions deux. Deux dans l'espace, deux dans la cuisine. Et nous faisions des pulls.   Mais non, ahahahah. Tu me fais rire, Didier Nègre. Je parle de Pull. Comme des pulls en laine.   VOILA QUI EST MIEUX ON SE COMPREND HEIN HEIN HEIN ?   Donc, nous étions trois, il faisait froid, j'avais faim, nous étions feu, tu t'étais éteins, mille nuit en avance sur girouette glacée à base de papillon nuptial qui jamais ne se tait et on ne sait pas trop par quel bout de ficelle prendre Mamie Jacob tout en sachant que... [Lire la suite]
Posté par CaliKen à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]